Category Archives: HOMOPHOBIE

Essai d’épistémologie de l’homophobie

EpistemologieHomophobie

Il s’agit ici de percevoir comment un tel terme homophobie a su partiellement s’imposer dans notre champ lexical au niveau du langage militant et, aussi comment sa construction, en tant que concept scientifique, est a l’œuvre. À travers une analyse étymologique, il s’agira de comprendre les conditions sociales de son émergence ainsi que les autres concepts qui lui sont directement rattachés. Ainsi, nous opérerons une analyse historique autour des premières conceptualisations liées au mot homosexuel pour montrer l’absence de véritables constructions scientifiques des catégories sexuelles, ainsi que leur inadaptation actuelle pour envisager les mécanismes de rejet de l’homosexualité et, en quoi elles influent sur la construction de l’identité masculine.

D.E.A de Christophe Gentaz
Université rené Descartes (Paris V), UFR de Sciences sociales, Sorbonne

PDF

Et que crève le patriarcat t.1: Textes de garçons sur le sexisme et l’homophobie

et que creve le patriarcat t1Voilà le premier tome d’une série de 3 brochures. J’ai essayé de rassembler des textes un peu personnels et « sincères » sur une question inévitable mais pas mal évitée. Comme partie de nous, dominants, le patriarcat est un « ennemi » parfois difficile à combattre. Il est important de se remettre en questions. J’ai compilé des textes à l’arrache, et j’avais la flemme de faire un appel à contribution. C’est chose faite si vous avez des textes qui trainent ou des réactions, vous pouvez me les envoyer. Le second tome sera plus « universitaire », par rapport au « bien fondé » et aux écueils des recherches « proféministe ». Le troisième abordera la question du genre de façon plus « subversive » avec des textes de queers.
Voilà voilou, la lutte continue et paye (peu, mais bon…)

Acobi
Publié par Editions Des_ZentravéEs

PDF mis en page

L’extrême droite, ça fait mâle!

ExtremeDroiteMale

L’extrême droite – ou même les extrêmes droites -, termes commodes mais dont l’usage tend à séparer les théories, pratiques, discours, valeurs de ces groupes d’avec l’ensemble de la société où ils prennent place. En fait, dans les politiques d’extrême droite, on voit comme dans un miroir grossissant l’interaction du sexisme et des racismes, des pensées biologisantes et du nationalisme, de la domination de classe, de la violence, tant de l’Etat que d’instances « privées » – on voit la radicalisation de notions, d’images, de mythes, qui sont répandus dans toutes les structures de domination et peuvent être même reproduits dans les mouvements de libération.

de Claudie Lesselier
Publié par Inertie communication

PDF

L’homophobie masculine: préservatif psychique de la virilité?

HomophobieMasculine« Le mot homophobie n’existe pas, ou pas encore, dans nos dictionnaires français. Cependant, nous avons d’emblée une idée au moins approximative de ce dont il s’agit : un ensemble de préjugés, attitudes, jugements de valeur et comportements qui s’exercent, sur le mode négatif, à l’encontre des personnes homosexuelles. Cette définition de départ réfère cependant plus à une notion de sens commun qu’à un concept construit de manière scientifiquement rigoureuse. Ce texte voudrait contribuer à une telle construction ».

Christophe Gentaz
Publié par Editions anonymes

PDF

Si on se touchait?

si on se touchaitCette brochure est une compilation de traductions de deux textes issus du livre Men doing feminism (hommes faisant du féminisme).

Le premier, Les hommes proféministes et leurs ami.e.s, essaye de comprendre pourquoi les hommes hétérosexuels ayant des réflexions féministes n’arrivent à entretenir, majoritairement, des relations amicales sincères, sensuelles, confiantes et intimes qu’avec des femmes.
Le second, A genoux : connaissance charnelle, dissolution masculine, faire du féminisme, parle d’hétéronormativité et de désir. Il utilise les concepts de déterritorialisation, puissance et pouvoir de Deleuze et Guattarri et les applique au corps des hommes. Pourquoi cherchons-nous si souvent à conquérir l’espace, prendre de la place, tout en nous protégeant constamment contre les attaques, en fermant notre corps ? Pourquoi avons-nous si peur de la pénétration ?

Sans toujours en parler explicitement, ces textes proposent tous les deux des pistes particulières par rapport à la place des hommes dans les luttes contre le patriarcat. Plutôt que de se demander si et comment un homme pourrait être féministe, ou si un oppresseur peut participer aux luttes des individus qu’il opprime (ce qui reste une bonne question), ils proposent que les hommes ne soient plus seulement des soutiens aux luttes féministes mais travaillent sur leurs relations au sein de leur classe de genre.

2016

PDF mis en page